Fort de Bellegarde

La colline de Bellegarde (423 m) domine les cols du Perthus (271 m) et de Panissars (335 m), les plus bas de la chaîne des Pyrénées. Placé au centre de la vaste dépression formée par ces deux cols, Bellegarde a joué un rôle stratégique majeur au cours des siècles.

Il est probable qu’une tour à signaux ait été le premier ouvrage militaire construit au sommet de cette colline. En effet le mot catalan « guarda » est un toponyme évoquant les fameuses tours d’où partaient selon un code établi des signaux de feu la nuit et de fumée le jour.

C’est ainsi qu’on alertait les populations et le château des Rois de Majorque de Perpignan qui centralisait les tours de Madeloc, de la Massana et de Saint Christophe. C’est sûrement lui qui dès le début de son règne avait conçu le plan d’une forteresse en ce lieu d’une importance stratégique capitale pour son fragile royaume. Cependant, la première mention d’un fort médiéval à Bellegarde ne date que de 1324.

 

 

 

Col de Panissars et Trophée de Pompée

Selon l’historien et géographe grec Strabon (63 av JC-19 ap JC) le temple d’Aphrodite (Vénus) et le Trophée de Pompée marquaient la frontière entre Ibérie et Celtique. Si l’énigme demeure entière pour le temple de Vénus, elle est aujourd’hui résolue pour le Trophée de Pompée.. Neuf années de fouilles archéologiques menées par Georges Castellvi pour la France et JM Nolla et I Roda pour l’Espagne, ont confirmé que les fondations dégagées au col de Panissars sur le site du prieuré médiéval, correspondent au monument érigé en 71 av JC par le général romain Pompée au retour de ses campagnes victorieuses en Hispanie.

Il était formé de bloc de grés en grand appareil ajustés entre eux par tenons logés dans des queues d’aronde. Quelques-uns d’entre eux sauvés du pillage et de la réutilisation, donnent une idée de la démesure du monument. Taillée dans la roche, une première tranchée de fondation dessine deux rectangles symétriques de 15,80 m X 30,80 m disposés de part et d’autres de la Voie Domitia d’une largeur de 5 m à cet endroit. A l’intérieur de chaque quadrilatère une seconde tranchée en forme de U servait de base à une élévation supérieure.

Il ne reste rien des pierres gravées portant le nom des 876 villes conquises, pas plus que la moindre élévation du bâtiment. Le trophée avait fait l’objet de bien des hypothèses. Il formait vraisemblablement un monument turriforme d’une quarantaine de mètres de hauteur traversé par la voie à la manière d’un tunnel. Selon Pline l’ancien (23-79 de notre ère) la statue de Pompée aurait couronné l’imposante structure.

Quatre salles d’exposition consacrées aux fouilles de Panissars sont ouvertes à Bellegarde

 

La Via Domitia

Voie d’accès créée sous l’empire romain permettant de relier le Gard à l’extrémité sud des Pyrénées-Orientales.

Share